Soutenons la lutte des cheminotEs,, des précaires, des chômeurEUSES et des intermittentEs !

jeudi 19 juin 2014 par CGA LYON

Les luttes en cours contre la casse du service public ferroviaire et contre celle de l’assurance chômage méritent le soutien de l’ensemble des travailleuses et travailleurs, du public ou du privé, avec ou sans emploi. Une victoire, même partielle, encouragerait l’ensemble des opprimé-e-s et des exploité-e-s à relever la tête, et à reprendre la rue, abandonnée depuis fort longtemps à un conglomérat allant des réactionnaires aux fascistes, l’accession des socialistes au pouvoir n’ayant pas arrangé la situation. Une défaite, quant à elle, marquerait une nouvelle étape dans la stratégie de démoralisation ouvrière menée par les classes dominantes.
Il ne faut pas laisser aux politiciens la possibilité de décider de l’avenir des travailleuses et des travailleurs, en leur lieu et place.
La casse du service public ferroviaire et celle de l’assurance chômage représentent une nouvelle étape de l’offensive menée par le patronat et l’Etat pour liquider les conquêtes ouvrières issues de puis plus d’un siècle de luttes sociales.
Après avoir multiplié les cadeaux au patronat dans le cadre du « pacte de responsabilité », le gouvernement socialiste continue dans sa politique de démolition
sociale. Il illustre parfaitement le fait que les gouvernant-e-s, quelle que soit leur couleur politique, servent avant tout les intérêts des classes dominantes, capitalistes, banquiers, patrons, bourgeoisie, et ne s’opposent tout au plus
que sur des questions de méthodes.
La machine de propagande médiatique pro-patronale et anti-gréviste fonctionne à plein régime pour tenter d’isoler les travailleuses et travailleurs en lutte. Elle trouve un appui de circonstance dans les syndicats jaunes qui viennent apporter leur voix aux patrons, au gouvernement et à leurs clients.
La vieille tactique du « diviser pour mieux régner » est utilisée quand médias et réseaux réactionnaires présentent les travailleuses et travailleurs en lutte comme des « privilégiés ». Mais qui sont les privilégiés si ce n’est les bourgeois et les politiciens à l’offensive ?
Face à cette propagande de masse, chaque travailleuse et chaque travailleur
est un média de contre-propagande, si il ou elle combat auprès de ses collègues, ses voisin-e-s les calomnies et les attaques patronales et gouvernementales.
En multipliant les luttes et en travaillant à leur convergence, comme le font les précaires, intermittent-e-s et cheminot-e-s en ce moment, nous pourrons créer les conditions d’une riposte populaire de masse à l’offensive capitaliste.
Il n’y a pas de capitalisme acceptable, négociable ou à visage humain, l’extension des grèves vers la grève générale expropriatrice est bien le préalable nécessaire à la révolution sociale, laquelle seule sera susceptible de régler le problème social.
Ne renonçons pas, battons-nous !

Perpignan
le 19 juin 2014
Relations Extérieures de la C.G.A


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 549 / 35270

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Fronts de Lutte  Suivre la vie du site Syndicalisme et monde du travail   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License